Sur la voie du Mont-Blanc Express

2012.01.30 Les Cheminots du Mont-Blanc Express provoquent le débat public

Un débat public sur l'avenir du Mont-Blanc Express, sa modernisation et les pistes de développement élaborées par les cheminots eux même sera proposé ce jeudi 2 février à 17 h 30, salle du bicentenaire à Chamonix quai d'Arve (à coté du Musée Alpin).

 

Communiqué Cheminots CGT Vallée d'Arve

 

AUTOUR DU PROJET DE DÉVELOPPEMENT DU SERVICE PUBLIC FERROVIAIRE EN VALLÉE D'ARVE ET DE CHAMONIX.


La ligne TER à voie métrique « St Gervais – Vallorcine – Châtelard Frontière » longue de 36 km et son extension helvétique vers Martigny vivent depuis plusieurs mois une actualité mouvementée quand à l'avenir même de ce chemin de fer qui a pourtant fait l'histoire de la vallée de Chamonix et de sa population.
Attendue depuis de nombreuses années après la signature d'un protocole d'intention en 2006, la modernisation de l'infrastructure est en passe d'avoir lieu en 2012 comme prévu. Mais à l'automne 2011, la phase finale de préparation du chantier a révélé les effets pervers de la volonté de brader le savoir-faire des cheminots SNCF et leur statut ainsi que de la volonté de RFF et de l’État de se débarrasser des ligne ferroviaires ne générant pas des revenus suffisants en terme de péages, au regard des engagements financiers nécessaires afin de maintenir et améliorer l'infrastructure. La logique financière n'a pas de logique humaine et la ligne du Mont-Blanc Express fait parti de ces axes TER dans le collimateur de RFF qui les juges non-rentables.
En octobre 2011, l'étape finale de mise au point du chantier a été remise en question par RFF faute d'une convention de financement signée hâtivement dans l'objectif des J.O d'Annecy 2018 mais bien avant le retour complet du chiffrage final du projet. Le tunnel des Montets en cause a gardé la préférence de Réseau Ferré de France quand à la priorité de financement alors que la rénovation de la voie ferrée de Vallorcine au Fayet a été minimisée et remise au bon vouloir des collectivités qui n'ont pas compétence à financer l'entretiens d'infrastructure RFF.
L'avenir du Mont-Blanc Express repose sur la population, les élus et les cheminots de la vallée de l'Arve.
Les collectivités co-financeurs de ce projets, le maire de Chamonix en tête, la CGT Cheminots en appui, on fait entendre unanimement leur mécontentement face à RFF. La population s'est associée massivement à ce soulèvement en faveur du maintien du projet de modernisation du Mont-Blanc Express dès 2012 suivant la convention de financement du 29 janvier 2011. C'est la preuve qu'aujourd'hui ce chemin de fer tient à cœur de tous et qu'il représente bel et bien un outil essentiel et incontournable du développement durable et responsable des transports collectifs de masse dans une vallée de Chamonix qui n'en peu plus de vivre au rythme des pics de pollution de plus en plus intenses et longs.
Freiner ce projet ferroviaire salutaire est contraire aux engagements du Grenelle de l'Environnement.
Nous devons, cheminots, élus et population, en accord avec les instances organisatrices des transports, proposer une alternative à cette politique minimaliste et réductrice du chemin de fer pour répondre favorablement à la demande des usagers et remettre au cœur du débat la notion de Service Public Ferroviaire que les Français entendent bien conserver :
Les cheminots de la Vallée d'Arve et la CGT sont en parfait accord avec cette volonté de la population.
Les cheminots du Mont-Blanc Express ont élaboré un projet complet de développement pour la ligne  St Gervais – Vallorcine afin de proposer une offre voyageur et fret nouvelle dans la notion de Service Public. A partir de cette démarche, nous souhaitons mettre en débat nos orientations avec l'ensemble des acteurs du ferroviaire et la population ainsi que les utilisateurs du mode ferroviaire.
La CGT organise la première INITIATIVE  « DES ÉTATS GÉNÉRAUX DU SERVICE PUBLIC FERROVIAIRE » en parallèle avec les Assises Nationales du Ferroviaire. Un débat public autour de notre projet de développement en marge du chantier initial qui débutera en avril 2012.
Le jeudi 02 février 2012 à 17 h 30, salle du bicentenaire à Chamonix Mont-Blanc.
L'objectif est de susciter un débat citoyen autour de la question du transport par le rail. Le projet resté sur les rails doit être développé bien au-delà d'une simple rénovation d'infrastructure et du cadencement rythmé à la demi-heure. Le Mont-Blanc Express doit devenir un maillon vital du transport voyageur/fret entre la plaine d'Arve à Sallanches et la vallée de Chamonix. Un axe de transit international exemplaire entre la France et la Suisse qui doit être développé sans se poser des questions financières indécentes au regard des enjeux vitaux pour notre environnement et face au respect même du site du Mont-Blanc et ses magnifiques glaciers que la voracité économique et libérale vas faire fondre plus vite que le réchauffement climatique.
La population et les associations de défense des usagers, la direction locale / régionale de la SNCF et des TMR, le Valais, les partis politiques amenés à prendre le pouvoir en 2012, RFF, les élus politiques et des collectivités sont invités à participer à ce débat qui se veut constructif pour notre avenir.



30/01/2012
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 124 autres membres