Sur la voie du Mont-Blanc Express

2012.09.04 C'est la rentrée pour le buffet du Fayet

Presque 10 ans se sont écoulés depuis que le buffet de la gare du Fayet, à St Gervais, a fermé ses portes. Il est aujourd'hui sorti de cette léthargie avec même un sacré coup de jeune à la clé associé à des offres complètes et variées.

 

On évoquait à l'époque des coûts de remise aux normes, une baisse de fréquentation ou autres maux justifiant l'arrêt de cette activité comme pour la majorité des buffets de gare en France hormis les plus importantes. Etonnant car si cette gare gère un trafic TER classique, elle a de tout temps essuyé des affluences « monstres » pendant les quatre mois des vacances d'hiver avec des milliers de voyageurs en transit, des TGV et trains de nuit par dessus la tête sans oublier le trafic TER local renforcé pour les vacances de l’académie de Grenoble. Un potentiel clientèle jugé trop irrégulier cependant pour justifier les dépenses à engager.

 

Mais en 2009 déjà le retour d'un point de vente alimentaire était évoqué, du type Relay comme il s'en créer dans de nombreuses gares de la SNCF, souvent en remplacement de buffets en place. Les établissements de Bellegarde et Aix-les-bains ainsi que Chambéry ont subit ce sort ces cinq dernières années. Rien à voir avec les charmes de salles de restaurants aux ambiances de brasserie et parfois décorées ferroviairement. On se souvient de la grande horloge de Bellegarde ou encore les magnifiques photos anciennes de feu la marquise à Aix-les-bains.

Annemasse attend également la résurrection de son buffet fermé de longue date et pourtant situé idéalement sur le quai ou s'effectuent de longs arrêts des TER Lyon – Evian/St Gervais.

 

Tout d'abord partiellement débarassé en 2009 de son mobilier, le buffet de St Gervais le Fayet a vu arriver ensuite les premiers ouvriers fin 2011. Un chantier qui s'annonçait long et compliqué pour régénérer aux nouvelles normes en vigueur la totalité de l'intérieur et des cuisines ainsi que la transformation d'une partie garage-cour intérieure souvent investie par des squatteurs.

Rien de simple mais une volonté farouche de deux personnages issus du cru local, Jean-Pierre Obscur et Barbara Denjean.

Pour lancer cette opération une Société Coopérative d'Intérêt Collectif (SCIC) nommée « Buffet de la gare du Fayet » a été créée. C'est elle qui a géré les travaux (en coordination avec l'Agence Batiments et Energie de la SNCF) et qui gère pour l'avenir le fonctionnement du buffet.

Coté financement du projet le directeur de la SCIC ne s'étale pas mais rappel cependant les difficultés du montage financier avec les imprévus qui se sont greffés en cours de route. Les partenaires sont heureusement nombreux pour cette louable entreprise comme « Gare et Connexion » bien sûr (filiale SNCF de gestion des gares), la Région Rhône-Alpes (TER), le Département, le Sindicat mixte du Pays du Mont-Blanc, mais aussi des sociétés de droit privé comme la MACIF, Vinci ou Tefal (SEB) de Rumilly, chacun à son niveau de compétence en rapport avec le restaurant. Pôle Emploi assure une convention pour la partie réinsertion dans le monde du travail.

Mais le commerce n'est pas la seule motivation pour Jean-Pierre Obscur, déjà actif au sein de l'organisme local « Mont-Blanc Insertion ». Pas un simple restaurant mais plutôt une passerelle et un établissement intégré de réinsertion destiné prioritairement aux chômeurs de longue durée de tous âges et toutes nationalités : « Ici nous offrons des contrats de 2 ans maximum pour des personnes désirant découvrir le métier de restauration  ou pour celles déjà de la partie, reprendre leurs marques professionnelles afin de mieux retrouver un emploi fixe.» explique Jena-Pierre Obscure. Le but n'est pas uniquement professionnel cependant et l'ambition est plus vaste encore : « Nos employés disposent d'un suivit social au sein même de cette SCIC. Nous les aidons pour tous leurs problèmes, que ce soit l'apprentissage de la langue française, l'obtention du permis de conduire pour être plus autonome, la recherche d'un logement ou tout autre problème d'ordre personnel ». Globalement, les employés du buffet sont épaulés durant leur contrat pour acquérir une autonomie totale afin raccrocher les wagons de la vie active, sociale et professionnelle dans les meilleurs conditions.

 

Dirigée par Barbara Denjean, une équipe de quatre permanents (2 cuisines et 2 salle) encadre les stagiaires en réinsertion.

Le buffet propose ainsi un service complet de A à Z avec des produits frais et réalisés en totalité sur place jusqu'à la moindre pâtisserie : « Tout est fait ici et aucun surgelé n'est utilisé. » confirme avec fierté Jean-Pierre Obscure cachant un certain enthousiasme en ce jour d'ouverture.

 

 

Le restaurant qui a quasiment conservé son bar central massif est à présent décoré de façon claire et aérée avec des couleurs acidulées aux tons verts et oranges.

 

Vues d'ensemble, le coin snack            une salle claire et colorée                     le bar

 

 

Le coin détente ...     L'espace repas buffet  ....                               La salle de restaurant au service à la table.

 

Mieux qu'un buffet traditionnel, le restaurant propose une gamme complète de genre de service : De 11 h 45 à 14 h 30 un Self-buffet et le restaurant avec service à la table. Dès 15 h un salon de thé. Non stop de 7 h à 19 h, un bar, un snack et un espace détente avec wi-fi gratuit. Un petit bémols cependant : il n'y a plus d'accès directe au quai 1, interdit par des mesures de sécurité. Et l'accès intérieur depuis la salle d'attente contiguë a été supprimé. Un choix pas véritablement judicieux car la clientèle devra sortir de la gare sur 20 m pour entrer dans le buffet, dommage.

 

Mais le buffet est là de nouveau et c'est cela qui compte.



04/09/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 124 autres membres