Sur la voie du Mont-Blanc Express

2010.09.25 La marquise d'Evian s'est mise au vert

Les travaux de restauration de la majestueuse verrière d’Evian avancent bon train comme ont pu le remarquer, lors d’une furtive visite du 20 septembre, Jean-Jack Queyranne le président de la Région Rhône-Alpes, Josiane Beaud la directrice SNCF Rhône-Alpes et Bruno Flourens le directeur régional RFF Rhône-Alpes Auvergne. Ils étaient accompagnés de Marc Francina le député-maire d'Evian, Jean-Paul Moille conseiller régional et Louis Duret le maire de Neuvecelle, président C2C.


Retour sur le déroulement des opérations.

Après les travaux de voie terminés en juillet, des échafaudages ont été mis en place sur les 92 m de longueur de la marquise formant un véritable tunnel au dessus des voies et de la caténaire.

             

 

Puis les trois premières zones à traiter coté Thonon ont reçu un platelage formant une mezzanine. Ces deux premières parties ont ensuite été emballées dans une coque en plastique thermo-formable afin de rendre totalement étanche toute la zone de travail, y compris les cotés externes de l’ouvrage dont l’abri parapluie du quai 2 au-dessus de la voie 6.

 

 

Ce confinement est imposé par l’étape du décapage de l’ancienne peinture contenant du plomb. Les mesures de sécurité sont équivalentes à celles employées pour le désamiantage et les ouvriers sont équipés de combinaisons étanches et de masques pour ne pas respirer les poussières de décapage. 

 

Coté Bouveret, la dernière tranche a été progressivement équipée des derniers échaffaudages necessaires à la mise en place de la plateforme de mezzanine. Le bâchage a également été installé peu à peu alors que les premières opérations de décapage débutaient coté Thonon.


 

Lors de cette visite, la première tranche était presque totalement remise en peinture. La teinte vert clair semble heureuse et identique à la couleur de nombreux ouvrages métalliques de RFF déjà restaurés tels que la passerelle qui jouxte la marquise. La seconde tranche était à l’étape de l’antirouille (au fond sur les photos ci-dessous).

 

L'avancement au 20 septembre 2010.

 

               

Sur la deuxième moitié, l’enveloppe étanche était déjà en place ainsi que toute la mezzanine, la troisième tranche étant, elle, au décapage.

 

La charpente a été très fortement endommagée par la rouille et le temps. Certains éléments en acier ont dû être totalement refabriqués à l’image d’un grand nombre de platines d’assemblage (photos ci-dessous).

               

 

L’eau s’est infiltrée partout en raison des voliges en bois très dégradées, des vitrages cassés ou inexistants ainsi que des organes de récupération d’eau de pluie (vues de la dernière partie coté Bouveret restant à traiter courant septembre).

               

 

Les collecteurs de toitures en fonte, de belles pièces ouvragées, pourront êtres rénovées (photo de gauche). 

Mais les descentes d’eau, les colonnes d’évacuation vers le sol (photo de droite), fissurées ou percées devront être refaites à l’identique en matériau composite.

               

 

La marquise couvrant 1900 m² et haute de 13,70 m retrouvera donc son allure d’origine avec des voliges neuves, un bardage de toiture en tôles d’acier « façon zinc » en remplacement des zinc d’origine et des panneau de polycarbonate translucide pour remplacer les vitrages.

Seul les blasons de faîte de pignons démontés dans les années 80 pour un rapide coup de peinture semblent égarés à jamais (photo ci-dessous).

 

Cette visite aura cependant provoqué l’émoi de la directrice de région quand au faible nombre de places de parking, à peine 80 gratuites + 20 en zone bleu. Malgré un agrandissement récent, le nombre reste insuffisant. L’espace libéré par l’usine originelle des Eaux Minérales d’Evian jouxtant la gare et aujourd’hui fermée (au fond sur la photo de gauche ci-dessous) semble malheureusement plus tenter des fins immobilières que l’instauration du système P + R utile au développement ferroviaire. Il reste cependant une zone potentiellement exploitable de l'autre coté de la passerelle métallique (photo de droite) où la SNCF a aménagé une zone fermée possédant encore quelques voies de débord, anciennement dévolues au service Train Auto Couchette (TAC). Une solution a étudier pour 50 ou 70 places tout au plus, bien loin de ce qui pourrait être nécessaire dans l'avenir si la fréquentation des TER pour le domicile - travail continue de croitre.

               

 

Enfin, proximité oblige, le dossier de réouverture du Tonkin (Evian – St Gingolph frontière) a été mis sur le tapis par Benoît Grandcollot le président de « Sauvons le Tonkin » venu assister à cette visite simultanée des principaux intéressés.

               

(Photos Benoit et Joël Grandcollot - Sauvons le Tonkin/ avec l'aimable autorisation)

Sur l'image de droite, de gauche de droite : Benoit Grandcollot (Président SLT) ; Marc Francina (député-maire d'Evian) ; Jean-Jack Queyranne (Président de la région Rhône-Alpes) ; Jean-Paul Moille (conseiller régional) ; Louis Duret (maire de Neuvecelle, président C2C, vice-président SLT) ; Bruno Flourens (directeur RFF Rhône-Alpes Auvergne) ; Josiane Beaud (directrice régionale SNCF)

 

Voir l'événement en vidéo

                                             
Restauration de la marquise d'Evian
envoyé par bbsavoie. - Rencontrez plus de personnalités du web.



25/09/2010
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 124 autres membres